Mouton ou berger ?

Savoir décrypter l'information, identifier les fake news et les théories du complot.


Jeudi 29 octobre 2020
08h00 à 9h30
/ 10h00 à 11h30

(horaires selon école)

Attention: L'école doit réserver les deux tranches horaires proposées

 

 - Atelier destiné aux élèves du secondaire II

 

On dit souvent que les réseaux sociaux sont inhumains… mais ne devrait-on pas plutôt se poser la question sur la part d’humanité que l’on met dans l’utilisation de ces espaces numériques..? Dans une société qui à tendance à se durcir, il semble y avoir de moins en moins de place pour la tolérance et l’acceptation de nos « différence »… que cela soit par rapport à nos croyances, notre orientation sexuelle, notre genre, ou encore nos habitudes alimentaires… les réseaux sociaux induisent et permettent une expression non filtrée et directe de l’émotionnel et l’irrationnel. Parfois pris en otage par quelques minorités d’individus stupides (au sens littéral du terme), ces plateformes sont instrumentalisées pour donner corps à la rumeur, propager et amplifier de fausses informations et des théories du complot… transformant, de fait, ce fantastique « connecteur social » en un outil de propagation de la haine et du rejet de « la » différence, une sorte de caisse de résonance à toutes les formes de discrimination…

 

Il faut être conscient que pour exister, les théories du complot, ou les expressions haineuses qui parfois en découlent, ont besoin d'être nourries et relayées. Que l'on critique (commente) ou que l'on soutienne (like ou partage) ce que l'on voit s'afficher sur nos plateformes sociales, on y apporte une forme de contribution et d'amplification. Il est donc important de se questionner sur notre part de responsabilité et notre participation à ces mouvements de foule numériques, alors que l'on a le moyen d'aider à les stopper d'un simple clic...

 Animateur: Stéphane Koch, Digital Faciliter coach “Connecting dots between human and Technology“.

 

BiographieStéphane Koch est spécialisé dans une utilisation maitrisée des réseaux et médias sociaux, la gestion de la réputation sur Internet, ainsi que sur l'analyse critique et la sécurité de l'information.  Stéphane Koch est aussi formateur et expert pour, entre autres, l'Institut de lutte contre la criminalité économique (ILCE), le SAWI (Academy for Marketing and Communication), l'EESP (Haute école de travail social et de la santé), IFFP (Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle), ARPIH (Association Romande pour le Perfectionnement du Personnel d’Institutions pour Handicapés).


Dessiner pour vaincre les préjugés

Vendredi 30 octobre 2020

13h30 à 14h30 / 15h00 à 16h00

(horaires selon école)

Attention: L'école doit réserver les deux tranches horaires proposées

 

 

 -Atelier destiné aux élèves du primaire


 Utilisant comme base de travail l’album « Préjugés – histoire de l’antisémitisme à travers les âges » (éd. CICAD 2011), cet atelier est ouvert aux  élèves entre 8 à 17 ans. L’atelier « Dessiner pour vaincre les préjugés », est l’opportunité pour les élèves d’illustrer par des dessins et des textes  leurs sentiments et leurs réflexions sur les moyens de combattre les préjugés antisémites. Cette réflexion est conduite par un dessinateur et une pédagogue. Cet événement nous permet d’intensifier notre travail éducatif auprès des jeunes et de les sensibiliser aux valeurs de respect et  de tolérance.


 Le projet pédagogique comprend deux axes :


•Une réflexion générale sur le phénomène de la discrimination. Les élèves sont amenés à réfléchir sur le phénomène des stéréotypes et des  préjugés, et notamment, ceux amenant à l’antisémitisme. Trame de toute classification ou volonté de classification des êtres et des choses, il s’agit  de les distinguer l’un de l’autre et de voir ce qui les sépare et ce qui les unit. Prendre conscience de la complexité de l’individu permet de  comprendre que dans une société démocratique, il n’est pas normal d’accuser quelqu’un d’être différent. L’élève est ainsi conduit à développer une  prise de conscience concernant sa propre formation identitaire ainsi que sa morale personnelle.


•La réalisation d’une bande dessinée permet aux initiés de réfléchir à une problématique actuelle par le biais d’un exercice ludique et créatif. Les  élèves recevront chacun un début de planche de bande dessinée à compléter. Imagination et création leur permettent d’inventer une histoire et de  développer leur propos. Les deux artistes les aident dans l’élaboration du scénario et du dessin de leur bande dessinée qu’ils emportent avec eux à  la fin de l’atelier.

 Animateur: Léa Magdelonnette, pédagogue.

 

Biographie: Après des études en médiation culturelle et plusieurs expériences dans diverses structures, Léa Magdelonnette s'est spécialisée dans la création et l'animation d'ateliers autour des discriminations. Elle travaille pour différents publics notamment le secteur scolaire. Léa Magdelonnette a participé à la mise en place du hors les murs pour le Mémorial de la Shoah à Paris. Depuis 2018, elle collabore avec la CICAD à Genève.

Moi, raciste? Préjugés et discours de haine

Vendredi 30 octobre 2020

13h30 à 14h30 / 15h00 à 16h00

(horaires selon école)

Attention: L'école doit réserver les deux tranches horaires proposées

 

 

 -Atelier destiné aux élèves du secondaire I

 L’atelier se propose de revenir sur la construction des préjugés, et d’aborder avec les élèves les différences et les points communs dans la construction des multiples formes de racisme ainsi que leur permanence. L’atelier visera à amorcer un débat entre les élèves et le médiateur ainsi que des moments d’autonomie, structurés autour de thèmes principaux : définir un préjugé, comment se construisent les discours racistes et une réflexion autour de l’humour et des discours de haine.

L’atelier permettra aux élèves de réaliser la présence de stéréotypes, visant de multiples groupes d’individus, chez chacun d’entre nous et au quotidien. Ces préjugés, s’ils sont mis en action, peuvent déboucher sur des paroles ou des actes racistes répréhensibles. Il s’agira de comprendre pourquoi certaines populations sont visés et stigmatisées, et comment lutter contre les mécanismes de l’exclusion raciste. A partir de l’observation de faits divers en lien avec l’actualité et de documents historiques, les élèves s’interrogeront sur la mise en acte d’une pensée raciste et l’analyse de ses fondements, dans une perspective de déconstruction et de prévention.

Les élèves se verront remettre un petit livret au début de l’atelier comme support aux activités.

 

 Animateur: Delphine Barré, pédagogue.

 

Biographie:

Delphine Barré, est doctorante en Histoire Contemporaine à l'Université Paris Nanterre et à l'Université Ben Gourion du Néguev; ses recherches portent sur la Shoah en France et la place des femmes juives. 

Elle enseigne également à Sciences Po Paris et est coordinatrice des activités pédagogiques au Mémorial de la Shoah de Paris et Drancy.

Elle forme et intervient régulièrement sur les questions d'antisémitisme et de racisme auprès de différents publics.